Interview exclusive : le Maréchal du Tchad se confie à propos des inondations à N’Djaména

Cette année 2020, la saison des pluies dans la capitale tchadienne a un goût particulièrement amer. Il y a rarement eu autant de vagues d’inondations à N’Djaména. Une situation qui n’est pas sans conséquences. Dans ce billet, je vous propose une interview exclusive a la sauce de La Fenêtre Étoilée du Maréchal du Tchad…

Impraticabilité des rues

En cette saison des pluies, des évènements surréalistes se produisent dans les rues de N’Djaména. Déjà il faut savoir que c’est un classique pour les n’djaménois de certains quartiers de :

  • Se disputer le passage avec les crapauds (nous autres sommes même devenus des écologistes gentlemen) ;
  • Déféquer la nuit tombée dans des sacs plastiques et de les balancer ensuite dans l’eau parce que les WC sont inondées…

Mais grâce à nos rues boueuses, désormais on fait le Moon Walk mieux que Michael Jackson en avant et sur les côtés aussi, et plus hallucinants encore, des pirogues sont utilisées pour traverser des routes goudronnées… Ah, au point où j’en suis, je pourrais croire en l’existence des licornes !

Les rares routes goudronnées encore épargnées par les inondations sont devenues de véritables points d’embouteillages parce qu’elles sont empruntées par tout le monde. J’ai battu un record en passant 1h pour franchir un tronçon de route de moins de 05 kilomètres.

Une rue inondée de N’Djaména
Crédit Photo : Adam Ismael

Plusieurs centaines de concessions sont inondées

Dans certains quartiers de N’Djaména, le niveau de l’eau est à plus d’un mètre du sol. Des centaines de concessions sont inondées. Forçant des familles à quitter leur maison pour aller louer dans d’autres quartiers épargnés par les dégâts. Les personnes ayant moins de chances ont vu leurs maisons s’écroulées sous leurs yeux sans pouvoir rien faire. Au-delà du silence insultant du gouvernement, des propriétaires de maisons augmentent les tarifs de location pour les sinistrés déjà dans une position de faiblesse.

A lire aussi : N’Djaména, la guerre des moustiques

Les gens souffrent d'un côté par manque d'infrastructures adequates et de l'autre une categorie jubile avec les biens du contribuable et font croire à l'opinion nationale et internationale que tout est ''clean'' dans ce pays.Dieu vous vois et vous allez lui rendre des comptes chers Gouvernants donc ressaisissez vous avant qu'il ne soit trop tard.Bon debut de semaine

Publiée par Issa Ali Barka sur Lundi 24 août 2020
Des femmes sinistrées appelant à l’aide
Vidéo de : Issa Ali Barka

Suite à ce ras-le-bol répétitif devenu légendaire, la Fenêtre Etoilée à décider de rencontrer le Président et Maréchal du Tchad Idriss Déby Itno pour une interview exclusive pour parler des inondations dans la capitale tchadienne !

La Fenêtre Etoilée : Mr le Président Maréchal Idriss Déby Itno, bonjour et merci de nous accorder cet entretien.

Maréchal Idriss Déby Itno : Bonjour !

La Fée : Mr le Président, d’entrée de jeu, pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de caniveaux digne de ce nom dans la capitale tchadienne pour faciliter l’évacuation des eaux ?

Le niveau de l’eau est a plus d’un mètre dans certains quartiers de N’Djaména
Crédit Photo : Racky Diallo

MIDI : Ecoutez, j’ai hérité de 30 années de désordre quand j’ai pris le pouvoir en 1990. Si les présidents qui m’ont précédé avaient chacun investi dans la construction des caniveaux par arrondissement de la ville, à l’heure actuelle, nous aurions pu avoir une capacité d’évacuation d’eau capable de renforcer même le Lac Tchad. N’est-ce pas ? Aujourd’hui, Dieu merci, mon palais qui se trouve à proximité du fleuve Chari est épargné. Mais, il faut le rappeler, des efforts sont entrain d’être consentis pour que le quartier présidentiel soit épargné de cette situation.

La Fée : Mr le Maréchal quel est le plan de riposte face à ces inondations qui continuent de mettre des familles entières dans de fâcheuses positions ?

MIDI : Ecoutez, si chaque famille tchadienne décide de faire un petit canal devant sa concession, c’est sûr qu’on n’aurait pas à vivre tout ça. N’est-ce pas ? Le peuple ne peut pas tout attendre de moi. N’est-ce pas ?

La Fée : Mr le Président…

MIDI : Oui la Fée !

Comme beaucoup, cette rue inondée n’a pas de caniveaux
Crédit Photo : Say Baa

La Fée : Beaucoup de maisons se sont écroulées sous le coup des inondations. Doit-on espérer à l’aide du gouvernement pour secourir les victimes ?

MIDI : Ecoutez, des efforts sont entrain d’être consentis avec nos partenaires. N’est-ce pas ? Les Etats Unis nous ont promis un Caterpillar volant avec une motopompe intégrée capable d’évacuer les eaux par un système de téléguidage autonome et la France va dépêcher 07 diplomates, je dis bien 07 pour constater les dégâts. Ensemble, nous allons vaincre l’inondation. N’est-ce pas ?

La Fée : Mr le Président, ces derniers temps, les ‘’élévations’’ sont devenues très tendance au Tchad. Nous avons assisté à votre élévation au titre de Maréchal et l’ambassadrice du Tchad au Burkina Faso a également été élevée au titre de maman nationale.

MIDI : Oui !

La Fée : Que pensez-vous de la volonté de l’Assemblée Nationale d’élever le peuple tchadien au rang de ‘’Aquaman’’ pour son exploit digne d’un super héros en cette saison des pluies ?

MIDI : Je vais personnellement, je dis bien personnellement dépêcher un contingent de 12.000 soldats pour s’assurer de la bonne marche des activités du peuple en tant que ‘’aquaman’’ !

La Fée : Ah ! Ça mérite des applaudissements ! Merci pour votre générosité Mr le Président !

MIDI : Rires !

La Fée : Des rumeurs selon lesquelles cette situation de crise pourrait conduire à votre chute circulent depuis peu. Etes-vous inquiet ?

MIDI : Ecoutez, je suis quelqu’un qui croit en Dieu et à mon avis, c’est lui qui m’a mis où je suis. N’est-ce pas ? Mais à ce que je sache, le peuple n’est pas Dieu. N’est-ce pas ? (Rires)

La Fée : Le peuple c’est le peuple…

MIDI : N’est-ce pas ?

La Fée : Tout à fait ! Pour finir Mr le Président, un dernier mot à l’endroit du peuple ?

MIDI : J’aimerais attirer l’attention de tous les chefs de partis politique d’opposition, je dis bien tous les chefs de partis politique d’opposition, cette bande de djandjawids, d’arrêter de manipuler le peuple ! N’est-ce pas ? Et aux tchadiens, je vous le dis, on est fait pour mourir ensemble car il n’y a pas un autre Tchad de rechange quelque part !

La Fée : Merci Mr le Président MIDI pour ces paroles très émouvantes et pour l’honneur que vous faites à la Fée en lui accordant cette interview maréchalesque !

MIDI : Si vous êtes aussi influent que France24 et rfi, la prochaine tournée sera pour moi ! (rires)

PS : cette interview est une fiction

Partagez

Auteur·e

lafenetreetoilee

Commentaires